01Oct

Tunisie- JMC2018/le temps d’un concert, Tarek Al Arabi Tarkan fait frémir tous les âges

La 5e session des Journées Musicales de Carthage (JMC) a programmé un géant de la musique et très réputé dans le monde arabe. L’euphorie du public ce dimanche 30 septembre à la cité de la culture de Tunis, pendant le concert de Tarek Al Arabi Tarkan confirme une fois encore la devise de ces JMC. De la place pour tout le monde.

Dès que Tarek Al Arabi Tarkan a fait son entrée sur scène accompagné de son orchestre symphonique d’une trentaine de musiciens, la salle de l’opéra ne s’est plus refroidie jusqu’à la fin du concert. Ça siffle, ça crie, ça chante, ça sautille. Le sexagénaire de nationalité syrienne fait le bonheur de ce public composé de tous les âges.

Tarek chante en réalité pour les enfants. Et la génération 80-90 du monde arabe bercée par ses titres les garde au tréfonds d’elle et pleure d’émotion quand c’est fredonné. Mais, la nostalgie est dans tous les camps, les plus jeunes sont toujours nourris à la source de cette musique par leurs parents. C’est le cas des spectatrices Jaouadi Chadha et Essid Nada, toutes jeunes étudiantes. Elles confirment, simultanément, à la fin du concert, avoir été initiées aux chansons de Tarek par leurs parents. « Nos parents nous chantaient et nous faisaient écouter ses titres quand on était enfants. Aujourd’hui nous sommes comblées de l’avoir vu se produire sur scène », déclarent-elles toutes émues.

Pendant le concert, tous les titres du répertoire de l’artiste exécutés sont repris en chœur par un public résolument en ébullition. Ont eût dit que ce public faisait autant le spectacle que l’artiste sinon même plus que lui. Pour Tarek lui-même, tous ces spectateurs sont ses « enfants ». C’est ainsi qu’il considère ceux qui écoutent sa musique et l’aiment. Le Président de la 5e session des journées musicale de Carthage en sait quelque chose. « Je lui ai dit tout à l’heure : je suis un de vos fans puisque j’ai grandi avec votre musique. Mais il m’a répondu : non ! Vous êtes mon enfant. Pour lui, il n’a que des enfants un peu partout dans le monde arabe», a confié Achref Chargui lors de la rencontre de l’artiste avec la presse, avant le concert.

Un autre coup précis pour l’organisation des JMC 2018 dont la programmation s’inscrit en droite ligne avec la devise. « De la place pour tout le monde.

Par Eric AZANNEY (depuis Tunis)

Crédit photo : SANOU A.

Leave A Comment