15Déc

Le film Un pas en avant, les dessous de la corruption de Sylvestre Amoussou: L’optimisme d’une Afrique purgée et forte

Un pas en avant, les dessous de la corruption, on n’en a pas suffisamment parlé à la mesure de sa facture. L’une des plus grosses productions africaines de la décennie, en matière de film. Il porte des empreintes techniques de gros moyens installant le cinéphile dans un confort douillet véhiculant les convictions panafricanistes du réalisateur […]

01Déc

‘’Compagnons d’infortune’’ de Lhys Dègla : Une thérapie du cœur par les mots

‘’Compagnons d’infortune’’, c’est l’œuvre par laquelle Lhys Dègla intègre le cercle des écrivains béninois. Un recueil de 21 poèmes faits de mots qui comme «un cœur de cigales, célébrant les derniers reflets du firmament »(P16), portent l’expression d’un bilan sentimental et le souffle d’un espoir optimiste. Lhys Dègla y est allée dans une musicalité « qui console » le […]

01Déc

« Village fou » mis en scène par Kocou Yémandjè: Le coq à l’âne d’un diagnostic réussi

Salle comble à l’ex ciné vog actuel Fitheb le mardi 24 novembre 2015 pour la première représentation de la troupe nationale de théâtre du Bénin. Treize acteurs (des « deconnards ») ont transformé la scène en un champ de bataille comme tout bon « Village fou ». De l’insouciance d’un village à l’attachement forcené d’un ancien combattant pour la […]

18Avr

« Noire comme la rosée » : la poésie autrement

Révolution poétique. C’est l’impression que donne ce produit accueilli par l’univers littéraire béninois en septembre 2011. « Noire comme la rosée » est l’œuvre poétique (la première d’une longue série) de Daté Atavito Barnabé-Akayi. Des sons et des images portés par la prose sonnant, avec énergie, le « glas » de la versification. Cinquante-et-un textes intitulés « Imonlè » (qui signifie […]

12Mar

Une satire sociale qui pond des émotions

Le public a pleuré de rire. C’est l’histoire de Ladji (joué par Cyriac Batcho), un sexagénaire qui attendait en vain une progéniture mâle. Naïmath son épouse vient de donner vie à leur quatorzième enfant qui sera aussi une fille « une orange » de plus et non « une banane ». L’attente devenait longue et Ladji est de plus en plus la risée de son entourage, notamment de sa cour où Ablawa (jouée par Mariam Darra), la femme de son jeune frère ne cesse d’alimenter les médisances et commérages.