Catégorie :

De beaux jours sont en perspectives pour la Commune de Savè. C’est ce qui est à déduire du projet « Cité touristique des empreintes sur pierre de Savè : une idée d’entrepreneuriat culturel et socioéconomique ». A l’occasion d’un atelier de relecture et de vulgarisation qui s’est tenu les 20 et 21 février à l’Espace Charly Djikou à Akassato.

« On veut écrire notre histoire dans la pierre, la pierre étant une matière qui dure ». L’artiste sculpteur béninois Charly Djikou présente en ces termes l’esprit de ce projet qu’il a pensé et porte avec l’’association « Houef’art » qu’il dirige. Il y croit mais pour lui, il faut la fédération de plusieurs forces pour que se concrétise le projet « Cité touristique des empreintes sur pierre de Savè ». Dans sa présentation du projet dont les démarches de mise en place ont démarré il y a trois ans, le sculpteur rappelle que l’idée lui est née du constat selon lequel il y a une grande et vieille civilisation à Savè qu’on ne met pas en valeur. Il poursuit en soulignant le caractère culturel, entrepreneurial et économique de ce projet dont le déroulement est prévu sur cinq ans.

Il s’agit de « mettre en valeur l’ingéniosité de nos parents ; de tailler le Guèlèdè dans les collines et donner au lieu un attrait hautement touristique ; d’apprendre aux gens à tailler les pierres afin d’échapper à l’oisiveté et la précarité », informe Charly Djikou.

Pacôme Alomakpé, gestionnaire du patrimoine et membre de Houéf’art est allé dans le même sens mais a d’abord présenté le parcours et les perspectives du projet qui à l’en croire, est un projet de valorisation d’une richesse mise en quarantaine. Il a rappelé que la ville (Savè) du projet est celle qui abrite La maison du Guèlèdè- et le masque Guèlèdè est reconnu patrimoine mondial de l’Unesco. On note que des démarches sont menées en amont pour faire adhérer au bien-fondé dudit projet la population, les autorités communales, des techniciens, etc. Aussi des architectes ont-ils étudié le terrain.

La présente rencontre ayant pour vocation de recueillir des avis, amendements et orientations afin de peaufiner le projet à sa juste grandeur, les participants ont apporté leurs contributions. « Je suis ici en tant que membre de l’Association Internationale Groupe Guèlèdè et parce que le projet tel qu’il est mérite d’être toiletté et amélioré », dixit le Professeur Simon Akpona, ancien Recteur de l’Université de Parakou. Dans cette logique, l’expert culturel Ousmane Aledji, présent, a invité le porteur du projet et son équipe à encore plus de vision et d’ambitions. Il a par ailleurs évoqué les étapes qui rendront crédibles le projet vis-à-vis de bailleurs et même de l’Etat.

A un niveau de réalisation du projet, Savè abritera le festival international de sculpture de la pierre. Des bungalows et autres infrastructures d’accueils seront sur place.

Par Eric AZANNEY

Photo : DR

Journaliste spécialiste des questions artistiques et culturelles. Promoteur de la plateforme africaine d’informations culturelles et politiques www.awaleafriki.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *