Le Mali est reconnu comme berceau de civilisations et de glorieux empires. La mémoire de cette grandeur est gardée par les griots depuis la nuit des temps. Malgré les mutations actuelles, la fonction de gardiens de tradition anime toujours certains griots sur la terre de Soundiata Keïta. Recueillir et garder intacte la mémoire collective afin de servir de pont de cohésion entre les différentes communautés dans les règles de l’art, telle est l’ambition du maître du’’kuma’’Sekouba Doumbia. Rencontré son village natal, il nous en parle.

Pouvez-vous vous présentez à nos lecteurs ?

 Je suis Sekouba Doumbia allias Djeli Sekouba, natif de la Commune Rurale de Kalifabougou , cercle de Kati. J’y réside actuellement.

Doumbia, un nom de famille, dont l’évocation au Bélédougou renvoie  directement à un homme de caste, mais dans la pratique c’est tout autre.

Effectivement on peut naître griot et ne pas être un pratiquant de l’art de la parole, le ‘’djeliya’’. Je suis né dans une famille de griots, ma mère ainsi que mon père pratiquaient tous cette tradition qui sert notre pays depuis des millénaires. Qu’à cela ne tienne, bien que j’aie appris beaucoup avec eux, il m’est arrivé un moment dans ma vie de me poser cette question : « est-ce bon d’être très sûr de soi au point de ne pas aller à l’école des autres ? »

Voulez-vous dire un mea-culpa ? Quelle a été votre réponse ?

 Justement un mea-culpa, vous savez, ce n’est pas pour rien que les sages nous disent que l’humilité précède la gloire. Un homme a beau être sage et intelligent il y a toujours plus sage et plus intelligent que lui. Ainsi avec la réponse à cette question, j’ai décidé de prendre mes bagages pour  Bamako où je me suis inscrit volontiers à l’école de Djeli Bakoroba Dibate, l’auteur de « Fifi jolie », un grand auquel j’étais attaché pour ses  qualités. Parlant de l’école, il ne s’agit pas de l’école où on va en classe et s’assoir sur les bancs. Je parle bien sûr de l’école de l’art de la sagesse, de la vérité vis-à-vis des nobles afin de les mettre sur le bon chemin au service de l’humanité toute entière.

Parlant de l’importance historique des griots pour l’humanité, peut-on dire que les griots jouent encore le même rôle ?

 En toute franchise je dirais sans risque de me tromper que beaucoup de griots dérogent aux règles du ‘’griotisme’’ aujourd’hui. Autrefois le griot ne portait pas l’importance sur un tel ou un tel parce qu’il est riche ou pauvre. Le griot considérait le noble par l’acte qu’il pose dans la société en toute dignité afin de servir d’exemple aux autres. C’est vraiment une triste réalité aujourd’hui que des griots ayant plus de moyens se permettent de se comparer aux nobles qui ont toujours été au service de leurs ancêtres.

Parlant de l’incitation des nobles à poser de bonnes actions, le nom de l’Association Beledougou Donkan vous dit quelque chose ?

 Ce nom me dit grand-chose, je vais m’expliquer, vous faire un peu  l’historique. Tout est parti de notre rencontre chez Jean Marie Coulibaly, avec  des journalistes ressortissants de Bélédougou  lors d’une cérémonie traditionnelle à Fadiabougou dans la Commune Rurale de Faladie cercle de Kati. Soucieux du devenir de la culture du Beledougou, moi en tant que griot, j’ai interpelé des journalistes à se responsabiliser dans la promotion de la culture du Beledougou avant qu’il ne soit trop tard. C’est ainsi que ces journalistes se sont mis au boulot tout en exhortant  les autres journalistes ressortissants de Bélédougou pour la création de cette Association en 2009 pour la promotion de l’art et la culture du Bélédougou.

Vous allez conclure ?

Je ne saurais terminer sans remercier les medias maliens qui œuvrent au quotidien pour la bonne information du peuple. Vu la situation actuelle du Mali, en ma qualité de griot j’exhorte les Maliennes et les Maliens à la paix et à l’entente. A tous mes frères et sœurs griots d’œuvrer dans le sens de nos ancêtres qui ont passé leur temps dans la construction du  pays à travers le dialogue entre différentes communautés afin d’instaurer l’amour et la quiétude au service du développement humain.

Réalisé par Dognoumé DIARRA

Journaliste spécialiste des questions artistiques et culturelles. Promoteur de la plateforme africaine d’informations culturelles et politiques www.awaleafriki.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *