Dans la commune d’Anyama, à une quarantaine de kilomètres du centre-ville d’Abidjan il y a Mbrago II. Cette localité du district d’Abidjan accueille désormais un centre qui se veut laboratoire de création et de diffusion artistique. C’est la plateforme internationale de Mbrago II. Visite guidée.

Un bâtiment constitué d’un espace polyvalent, de loges et de bureaux, une vaste cour avec des dispositifs de jeu. Bienvenue sur la plateforme artistique internationale de Mbrago II. Si pour le moment le lieu est encore en chantier, la vision qui le porte est bien définie. C’est ce qu’il faut comprendre de la présentation d’un des guides de notre visite. « Mbrago II est une plateforme culturelle artistique internationale, un village artistique qui accueille toutes les disciplines, en l’occurrence les sept branches fondamentales de l’art. Nous mettons en place un noyau qui va accueillir des artistes, que ce soit pour des résidences, des recherches que pour des escales de tournée », informe Hermas Gbaguidi, dramaturge metteur en scène et directeur artistique de Mbrago II.

L’initiative est portée par l’association CRESAS que dirige le scénographe et plasticien Koné Wagninlba Jocelyn. Pensé pour servir de cadre à la création comme à la diffusion, avec une large ouverture sur l’international, le lieu sera entouré de plusieurs autres structures culturelles incitées à s’installer dans les encablures de la plateforme Mbrago II. Certaines d’entre elles prennent déjà place à quelques mètres et d’autres arrivants sont annoncés. La vision, à en croire Hermas Gbaguidi, est de constituer un noyau solide autour des ambitions de la plateforme.

A la question d’en savoir sur les potentiels soutiens au projet, le directeur artistique répond que c’est une question d’étape. Il se fait plus explicite en disant : « Nous connaissons bien les guichets mais au début de toute initiative, c’est le fonds propre d’abord. C’est quand les gens commencent par voir que vous avez poussé loin votre vision, votre folie qu’ils sont convaincus et vous soutiennent. On ne construit pas sa maison avec l’argent d’autrui, on peut finir la construction ou l’embellir avec des aides mais pas commencer avec ».

Pour le moment, à la date de février 2021, on voit une infrastructure dont la construction évolue chaque jour, au bonheur de la population riveraine qui ne cache pas son enthousiasme. En témoigne l’accueil accordé à notre équipe dès l’entrée du village jusqu’au site. L’intérêt des habitants de la localité se justifie. « Nous avons ajouté une dimension sociale qui est d’intégrer la population de Mbrago II à notre projet : les femmes, les jeunes, tout le monde », confie le guide de la visite. Ceux-ci attendent impatiemment le démarrage des activités.

Journaliste - Écrivain, communicant culturel. Fondateur du Groupe AWALE AFRIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *