C’est dans l’auditorium de la maison des médias, que deux journalistes invités se sont prononcés sur la stratégie de relance de la culture béninoise. Le n° 175 du  »Café médias plus » organisé hebdomadairement,  a été le vendredi 23 Février 2018 une  occasion d’analyser de fond en comble le programme culturel présenté récemment par Oswald Homéky, l’actuel ministre en charge du tourisme, de la culture et des sports.

« On ne peut véritablement vendre la production culturelle du Bénin, si nous avons une absence d’infrastructures de qualité ». C’est l’une des nombreuses préoccupations qu’il urge de satisfaire dans le domaine culturel, en dehors de la problématique de la formation des artistes, selon Sessi Tonoukouin, l’un des panélistes ayant nourri le débat. Placé sous le thème « Stratégies de relance du secteur des arts et cultures au Bénin: Regard des journalistes culturels »,  le débat animé par les deux invités que sont Fortuné Sossa et Sessi Tonoukouin, s’est penché sur les problèmes qui minent le rayonnement culturel du Bénin.

Plus qu’un simple exposé, les deux journalistes présents à titre d’invités ont d’abord, tour à tour, donné leur appréciation sur le programme culturel ambitieux présenté par Oswald Homéky le 21 février 2018. Pour eux, la vison du ministre pour l’essor culturel du Bénin est à saluer. C’est une ambition qui permettra aux différents secteurs culturels de connaître une renaissance très profitable aux vrais créateurs culturels. Une renaissance qui, pour ces derniers, permettra aux artistes de vivre de leurs œuvres.

Pour reconnaître la place des différentes réformes enclenchées dans le secteur culturel, Fortuné Sossa salue entre autres le passage du Fonds d’aide à la culture au Fonds des arts et de la culture, destinés à accompagner les vraies entreprises culturelles promotrices de la culture béninoise. Le fonds de bonification, fait-il remarquer est pour accompagner les vrais entrepreneurs culturels en vue de distinguer  le bon grain de l’ivraie.

Quant à son confère Sessi Tonoukouin, il pense que le directeur du fonds d’aide à la culture est mieux placé pour opiner sur la question. En effet, souhaitant inviter pour les prochains débats le directeur du Fonds d’aide à la culture dans l’optique de mieux expliquer le fonctionnement du fonds de  bonification, Sessi Tonoukouin apprécie tout de même cet accompagnement réservé aux artistes car explique -t-il, c’est un soutien pour les vraies initiatives d’entrepreneuriat culturel. Cependant, il invite le ministre Oswald Homéky à s’intéresser davantage à la formation des artistes qui désirent faire carrière dans un domaine précis envisagé. Et cela doit commencer renchérit-il, par une politique de promotion et de suivi des talents détectés dans les écoles et  collèges. C’est une  méthode qui, selon lui, va régler dès la base le problème de formation.

Les deux  panélistes,  tout en reconnaissant l’ambition du ministre pour le rayonnement culturel du Bénin, invitent ce dernier à s’intéresser aux priorités de l’heure. A les entendre, le secteur de la culture était au ralenti et il faut que les promesses faites soient concrètement matérialisées.

Par Hervé FADONOUGBO

Journaliste - Écrivain, communicant culturel. Fondateur du Groupe AWALE AFRIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *