Sous la paillote de l’Institut français de Cotonou le 14 mai 2021, deux spectacles de danse mêlée de théâtre ont tenu le public en haleine. Les danseuses Rachelle Agbossou et Carmelita Siwa ont, à tour de rôle, présenté leur spectacle solo. Le spectacle de Rachelle Agbossou aborde les souffrances de la femme.

Captivants pas de danses, corps en mouvements, danses avec les tripes : ce sont là, les démonstrations de Rachelle Agbossou répondant à la musique de Hugues Germain – Acid Drop Angélique Kidjo – Lonlon (Ravel’s Bolero). Mais au cours de ce spectacle de danse intitulé « Sika », le public n’a pas vécu que des pas de danse de Rachelle Agbossou. Il y a aussi a eu du jeu théâtral. Rachelle Agbossou présente une histoire qui émeut plus d’un.

Il s’agit de la vie de la femme. La femme est l’essence et la naissance de la vie. Elle est au cœur de la vie du foyer. La femme est un être aux vertus multiples qui n’a jamais de repos au sein du foyer. Elle doit prendre soins des enfants et faire régner la paix. C’est du moins ce qui transparait en toile de fond de ce spectacle.

Pour résumer les devoirs de la femme, Rachelle Agbossou fredonne en live la chanson d’Oluwa Kêmy intitulée « Gnonnou », un morceau qui invite la femme à jouer pleinement les rôles qui sont les siens.

A en croire la danseuse, le contexte de création de « Sika » tire sa source d’une histoire vécue par sa sœur. « C’est une femme nourrice accusée et emprisonnée injustement. Libérée une première fois sans être jugée, elle retourne en prison. Par finir, elle s’est donné la mort une fois libérée de prison car elle n’en pouvait plus. », a raconté avec de vives émotions, Rachelle Agbossou au cours d’un échange de bord de scène avec le public tout curieux et ému.

Il faut rappeler que la pièce « Sika » a été jouée pour la première fois à Saint-Louis au Sénégal en 2015 sur le festival duo solos. Dans la soirée de ce vendredi 14 mai, ce spectacle de danse de Rachelle Agbossou est diffusé en direct au Brésil dans le cadre d’un projet de solos internationaux sélectionnés un peu partout dans le monde.

Journaliste culturel, membre de la rédaction Bénin de AWALE AFRIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *