La place Sainte Cécile de Cotonou accueille l’exposition Boulev’art 2021, spécial Covid-19. En prélude au vernissage qui démarre le 15 janvier 2021, le collectif des artistes plasticiens du Bénin que dirige Dominique Zinkpè a présenté mercredi 13 janvier le fruit des créations au ministre de la culture qui est venu découvrir les différentes œuvres artistiques. L’initiative vise à impliquer les artistes dans la lutte contre le coronavirus.

C’est à la place Sainte Cécile de Cotonou, site de l’exposition Boulev’art que Jean-Michel Abimbola, ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts est allé contempler, le mercredi 13 janvier 2021, les créations plurielles consacrées au Covid-19.

Dirigé par Dominique Zinkpè, artiste plasticien et Directeur du projet Boulev’art, le Collectif des artistes plasticiens du Bénin, après plusieurs semaines de résidence, présente les différentes œuvres créées sur le Coronavirus. L’initiative s’inscrit dans le projet ‘’Actions artistiques au profit des acteurs culturels’’(AAPAC). « Elle vise à faire la promotion et la valorisation de la création artistique béninoise », a laissé entendre Jean-Michel Abimbola. Pour le ministre, la pandémie du Coronavirus a payé un lourd tribut à de nombreux secteurs dont celui culturel qui est plongé dans une léthargie. Ce projet, fait-il comprendre, permettra de redonner un nouveau souffle au secteur culturel.

De la droite vers la gauche, le ministre Jean-Michel Abimbola, Dominique Zinkpè, Carole Borna Conseiller technique aux Arts. ©Emmanuel Aiko

De la création des artistes : les valeurs endogènes pour une résistance contre le coronavirus

Dans une approche philosophique et variée, les artistes abordent le coronavirus sous divers angles. Dans sa présentation, le plasticien Zansou Cinq-Cinq plonge l’assistance dans le traditionnel et dans l’initiation. A l’en croire, dans la tradition, tous les moyens existent déjà pour combattre le Coronavirus. « Chaque maison devrait disposer des canaris (récipients en argile) contenant de l’eau et des feuilles de purification pour se mettre à l’abri du mal » Et si le mal continue de déranger, soutient-il, il faut procéder à une méthode traditionnelle connue des initiés Vodoun appelée le ‘’manxixo’’. « C’est une méthode qui consiste à ‘’tuer’’ ou à ‘’éliminer’’ tout mauvais sort », a dévoilé, cet artiste.

Dans une autre approche philosophique similaire, l’œuvre intitulée, « Résistance, guerre des éléments » présente Béhanzin, un personnage historique résistant qui sourit devant la maladie. Pour l’auteur de cette œuvre, « il s’agit d’une guerre dans l’air et seule la résistance minimise l’ardeur du mal ».

En minimisant le mal, le jeune plasticien Matro présente un tableau qui dénonce la naïveté et le comportement sceptique de la population face au mal. Pour lui, beaucoup de citoyens se basent sur Dieu pour ignorer les conséquences du Coronavirus et ignorent les gestes barrières.

Face à tous ces constats, Eric Mededa décrit à travers son œuvre l’urgence et l’importance de respecter les gestes barrières pour éviter le mal. Il reproduit le rôle joué par le cordon sanitaire.

Il faut souligner que les nombreuses expositions sensibilisent, pour la plupart, les populations et rappellent les gestes barrières instaurés par le gouvernement béninois pour lutter contre le coronavirus.

Journaliste culturel, membre de la rédaction Bénin de AWALE AFRIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *