Le groupe « Les Teriba » a procédé, mardi 27 avril 2021, à Fidjrossè (Cotonou) à l’ouverture d’une galerie dénommée « Kalebasse ». Une galerie qui constitue un espace de valorisation et de diffusion de l’art voire de l’artisanat africains. L’événement est empreint de prestations culturelles.

De la musique Teriba, de la musique béninoise et africaine, des œuvres d’art, des objets d’art, du tissu indigo, etc. Ce sont là, ce que les visiteurs peuvent découvrir à la galerie «Kalebasse by Teriba ».

Située à Fidjrossè fin pavés non loin de la route des pêches à Cotonou, cette galerie a connu son ouverture officielle dans la soirée du mardi 27 avril 2021. Au-delà de la musique faite de voix et de percussions qui y sera diffusée, l’espace va aussi accueillir, entre autres, des expositions d’art par des artistes plasticiens béninois et des « Masters class » pour la voix et l’apprentissage des instruments de musique des rythmes sollicitant la calebasse comme le « Tchingoumin ».

La galerie vue de côté, © Wézon Radio

Pour Tatiana Ahissou, porte-parole du groupe, la galerie « Kalebasse » est un espace qui reflète non seulement le travail et l’image des Teriba mais aussi se veut être un lieu panafricain.

« Kalebasse » : Du féminisme et de la créativité 

La Calebasse est choisie dans certaines régions par les femmes africaines pour se couvrir les seins afin de créer une beauté et une rondeur des seins. Elle est surtout un ustensile de cuisine très utilisé par les femmes africaines. Mais « la calebasse est un instrument de percussion de prédilection groupe Les Teriba », précise Tatiana Ahissou.

Car pendant longtemps, les femmes n’étaient pas autorisées à s’approcher des instruments de percussion. Le groupe Les Teriba se sert donc de cet ustensile pour faire de la percussion.  Mais au-delà de son importance pour la femme, la Calebasse orthographiée avec la lettre ‘’C’’ rend la femme africaine courbée. Ainsi, après une analyse profonde, Les Teriba pensent que le mot « Kalebasse », orthographié désormais avec la lettre ‘’K’’ met la femme debout. La femme est debout pour son indépendance.

Il faut le souligner, la cérémonie d’ouverture de la galerie a connu la présence d’importants acteurs culturels comme Monsieur Ousmane Alédji, promoteur du centre culturel Artisttik Africa et membre de l’unité présidentielle de suivi, Monsieur Eric Totah, Directeur de cabinet du ministère du Tourisme de la culture et des arts, Madame Coline-lee Toumson, Directrice déléguée de l’Institut Français de Cotonou. Ces trois personnalités ont procédé à la coupure du ruban symbolisant l’ouverture de « Kalebasse by Teriba ».

Journaliste culturel, membre de la rédaction Bénin de AWALE AFRIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *