Danseuse, chorégraphe, actrice, chanteuse, auteure, créatrice de costumes, anthropologue, maître de conférence, Rose Marie Guiraud s’est retirée à 76 ans. La Côte d’Ivoire et l’Afrique ont perdu hier 20 avril une artiste qui a compté.

La chorégraphe ivoirienne dont le nom et le travail sont allés très loin au-delà des frontières africaines s’en est allée des suites de maladie. Affaiblie depuis un moment, son état de sa santé se dégrade et la célèbre artiste n’a pas survécu à sa crise d’AVC du lundi 20 avril 2020. Elle n’assistera donc pas à l’hommage de sa famille qui avait été reporté à cause de la pandémie du coronavirus. Mais de son vivant, elle a quand-même eu droit à plusieurs hommages dans son pays dont le dernier en date sur la 11e édition du Marché des Arts du Spectacle d’Abidjan (MASA).

Rose Marie Guiraud a fondé l’École de danse et d’Échanges Culturels (EDEC) et la mythique troupe «Les Guirivoires». Pionnière de la danse en Côte d’Ivoire, elle a œuvré dans la formation et l’assistance sociale. La native de Ouyably (Kouibly) dans l’ouest de la Côte d’Ivoire a connu des hauts et des bas et elle a souvent bénéficié de l’accompagnement de l’actuel chef d’État ivoirien depuis son retour des États-Unis d’Amérique. «C’est même le président de la République qui a payé leurs billets d’avion, son mari et elle pour qu’ils rentrent à Abidjan. Et, honnêtement, depuis qu’elle est là, chaque fois qu’elle a des problèmes de santé et qu’elle est en clinique, les frais sont pris en charge par la présidence de la République. Par ailleurs en 2018, quand elle a été opérée du cœur, la présidence a tout pris en charge », a expliqué la responsable de communication de son école de danse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *