Ce jour 1 juillet 2021, les Super-Anges Hwendo na boua foulent le sol de la Russie avec l’étendard béninois. C’est à l’occasion de la 6e édition du festival mondial de danses « Folkloriades », une quadriennale itinérante initiée par le Conseil international des organisations de festivals, de folklores et d’arts traditionnel (Cioff). Ces « écureuils » béninois ont embarqué de Cotonou le 30 juin où, à l’aéroport, les responsables de la délégation se sont confiés à la presse, en présence du directeur général du Fonds des arts et de la culture (Fac) représentant le ministre de tutelle.

« Le Bénin sera présent pour montrer ses danses patrimoniales, pour montrer ses danses de réjouissance, ses danses rituelles et vodoun, et mieux, pour participer à cette grosse exposition des masques du monde où le Guèlèdè va s’ériger au sein de 50 autres maques venant de 50 pays ». Voilà brièvement énumérées les activités de ces ambassadeurs pendant une quinzaine de jours à Oufa en Russie. Précisions apportées par le directeur artistique national Marcel Zounou qui représente l’Afrique au conseil d’administration du Cioff mais accompagne la délégation béninoise en tant que délégué du ministre Jean-Michel Abimbola.

Le DG/FAC avec Les Super-Anges à l’aéroport international de Cotonou

L’air motivé, le professeur de danses nationales Alladé Koffi Adolphe, responsable des Super-Anges Hwendo na boua s’émerveille de la spontanéité et l’implication du Directeur général Fac, avec le leadership du ministre du tourisme, de la culture et des arts. A son tour, le Dg/Fac Gilbert Déou Malè ayant fait le déplacement de l’aéroport international de Cotonou sur instruction du ministre, précise que sa direction en accompagnant financièrement ses ambassadeurs ne fait que « concrétiser la vision du chef de l’Etat de faire du tourisme et de la culture le deuxième levier du développement en dehors de l’agriculture ».

A en croire le Dg/Fac, la promotion de la destination Bénin passe par la promotion des arts et de la culture à l’international. C’est donc à cela que s’attèle le ministère de tutelle. Il poursuit : « Aujourd’hui, nous sommes en train de dire au revoir aux Super-Anges parce que c’est une troupe qui représente dignement le Bénin et ce n’est pas la première fois qu’elle le fait. Ils ont été identifiés et sélectionnés parmi une soixantaine de pays, ce qui dénote de ce qu’ils ont une certaine capacité et connaissance, un certain doigté dans le domaine qui est le leur. Ils sont en train d’aller nous représenter et nous ne pouvons que les accompagner, les soutenir. Pour ces genres d’initiatives, comme l’a souhaité le chef de l’Etat, le ministre du tourisme, de la culture et des arts m’a demandé d’être à leurs côtés jusqu’à ce qu’ils partent du Bénin. Et on sera encore là pour les accueillir »

C’est la troisième participation du Bénin, une participation renouvelée à chaque fois avec différente troupe. Le groupe Towara en 2000 au Japon, en 2016 avec le ballet national au Mexique. L’intermédiaire de cet exploit, le Directeur Marcel Zounon, attribue plutôt les mérites à tiers. Il salue la vision du chef de l’Etat, le leadership du ministre Abimbola et surtout l’abnégation du Dg/Fac « qui a pris le dossier à bras le corps ».

Pour lui, le patrimoine culturel immatériel constitue un véritable pan de développement, les nations développées l’ont compris, et le Bénin aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *