Catégorie :

Tenu le vendredi 03 août 2018 au Centre de Lobozounkpa, le vernissage de l’exposition dénommée « Nos printemps » a impressionné grâce à la beauté des couleurs portées par les œuvres de trois artistes plasticiens. Issus de divers horizons et cultures, Moufouli Bello du Bénin, Samuel Tété-Katchan du Togo-Ghana et Marie-Charlotte Urena de la France présentent leur travail, et révèlent, dans la diversité, la beauté des nuances, des contrastes et la force de l’harmonie.

Plusieurs toiles exposées pour traduire et faire respirer la force de la diversité.  Utilisées par trois artistes plasticiens, les différentes couleurs créent un univers d’union, d’acceptation des nuances, des contrastes. Elles donnent une beauté qui fait la force de la disparité. C’est ce qu’a démontré l’exposition « Nos printemps ». Ladite exposition est le résultat obtenu après un mois de résidence de création au Centre de Lobozounkpa.

C’est la couleur bleue qui domine et caractérise les œuvres de Moufouli Bello. Celle-ci présente plusieurs toiles dont la thématique s’inspire des questions féministes. Elle pose à travers ses œuvres le problème de la représentativité de la femme. « J’ai constaté que les femmes ne sont pas beaucoup représentées », et le comble, renchérit-elle, on retrouve peu de femmes artistes-plasticiens d’art contemporain. « Je m’intéresse donc vachement aux questions féministes », notamment celles relatives aux joies et souffrances, aux nostalgies vécues par la femme, aux rôles de la femme dans les sociétés secrètes, finit-elle par ajouter.

Vives couleurs pour s’exprimer, Samuel Tété-Katchan du Togo-Ghana, quant à lui, s’inspire beaucoup plus de ses croyances religieuses catholiques. Aussi puise-t-il des thématiques de son environnement familial et autres. Les œuvres de Marie-Charlotte Urena utilisent les couleurs des merveilles de la nature. « J’observe les couleurs des fleurs et je m’en inspire pour mes œuvres>>, fait-elle remarquer.

Le printemps a une connotation du juste milieu entre le trop froid et le chaud, du point de vue météorologique ou climatique. Ce qui propose une sorte de trêve permettant d’apprécier la générosité de la nature. Une générosité que transmettent les œuvres des trois artistes. « Nos printemps » peut également être perçue dans une dimension métaphorique du vivre ensemble que traduisent les couleurs dans leur diversité. Cette exposition se poursuit au Centre jusqu’au 27 octobre 2018.

Par Hervé FADONOUGBO

Journaliste spécialiste d'arts, Communicant et Ecrivain. Manager Général du Groupe AWALE AFRIKI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *