Catégorie :

Après son exposition « Parcours » au centre Artisttik Africa (octobre-novembre 2017), la plasticienne béninoise Sika da Silveira a fait une nouvelle sortie à travers l’exposition dénommée « RenEssence », du 31 mai au 05 juin 2018 à la Maison rouge à Cotonou. Une dénomination évocatrice qui draine les idées vers la profondeur de l’être, sa nature et pourrait inviter chacun à une introspection.

Sur les lieux de l’exposition, une installation retient l’attention du visiteur. Le globe terrestre dans une casserole sur un foyer traditionnel avec des fagots représentant tous les continents. A côté, des couverts posés au nom d’Unité, de Paix, d’Amour, de Partage, d’Harmonie. Le monde est ainsi en cuisson par toute l’humanité pour « être » de nouveau avec des valeurs plus vertueuses, plus humaines. « Human’Unity » c’est le nom donné à cette installation qui accompagne trente cinq toiles accrochées. « Une exhortation à œuvrer pour que l’Unité devienne une réalité sur notre planète, car nous appartenons à une seule et même communauté », lit-on. Cet appel à l’unité vaut autant pour l’humanité toute entière que pour l’homme individuellement pris. Et l’unité comme l’harmonie sont d’abord intérieures. C’est ainsi que le travail de Sika majoritairement réalisé sur la technique de l’acrylique et pigments naturel tient sa sève du développement personnel, voire du spirituel.

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux. » Cette recommandation de Socrate trouve d’échos dans les œuvres de l’artiste qui interpellent le visiteur à aller à sa propre rencontre, sympathiser avec soi-même, ensuite, procéder à une introspection. Enfin, au besoin, renaître au sens essentialiste du terme. Les œuvres sont entre autres dénommées «VibrActions », « Le réveil », « Le centre », « De l’être à l’être », « Conscience », « Essence », « Renaissance » et, on peut voir sur les toiles, des détails qui reviennent souvent. Des flèches, l’image de la spirale, des points à des endroits sensibles du corps humain. A la curiosité de comprendre la récurrence de ces signes, l’artiste confie que « les flèches incarnent énergie indications ». Pour interpréter, il faut donc se référer à l’existence spirituelle de l’homme et son évolution. Quant à la spirale elle symbolise essence et énergie.

La présence des couleurs vives qui font penser à l’impressionnisme et le travail de ses précurseurs suggère sur les tableaux de Sika : lumière, rayonnement, espoir, énergie.

©Droit réservé

Le projet artistique de la plasticienne est donc clair. Faire dans l’abstrait et passer des messages de développement personnel, du spirituel, de la motivation. Voilà qui rejoint la démarche du peintre russe (un maître de l’abstrait) Wassily Kandinsky qui pense justement que « l’art véritable recèle en lui une force prophétique d’éveil ».

Sika Lauretta da Silveira à l’état civil, Sika est une artiste pluridisciplinaire. Elle est créatrice de perle, styliste, graphiste et plasticienne.

Par Eric AZANNEY

Journaliste spécialiste d'arts, Communicant et Ecrivain. Manager Général du Groupe AWALE AFRIKI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *