La diffusion de films africains se poursuit au Centre à Lobozounpka au Bénin, avec le projet WA Cinéma. Dans  ce cadre, « Atlantique » de Mati Diop a rassemblé les cinéphiles le 04 juin 2021.

Premier vendredi de juin, deuxième projection de film. « Atlantique », c’est le titre de l’œuvre de la réalisatrice franco-sénégalaise qui a été projeté le soir du vendredi 04 juin 2021 au Centre pour le compte du projet WA Cinéma.

Réalisé entièrement en Wolof et traduit en français, « Atlantique » est un film à la fois satirique, dramatique, lyrique et fantastique. La réalisatrice y dénonce en priorité les revers les plus pointus de l’immigration clandestine.

Il s’agit en effet de jeunes hommes et femmes qui ont fait une triste expérience de l’immigration clandestine. Ils vivaient tous au début dans une banlieue populaire de Dakar et sont des ouvriers sur le chantier d’une tour futuriste (en construction). Travaillant sans salaire et pendant des mois, ces jeunes braves ouvriers décident d’aller par la mer en Espagne pour un mieux-être. Mais malheureusement, cette aventure tourne au pire et les jeunes immigrants meurent en mer…

Rebondissement dans l’intrigue : le fantastique surgit…

Les jeunes immigrants meurent en mer mais ils reviennent non seulement en esprit mais aussi en chair pour réclamer leurs droits et dus par la force du surnaturel.

Dans la nuit, les esprits des jeunes disparus apparaissent dans la maison du propriétaire de la tour et le menacent d’incendier son domicile s’il ne solde pas les impayés aux salariés. Après plusieurs menaces, ces derniers incendient la maison du propriétaire de la tour et lui donnent rendez-vous au cimetière pour le paiement de leurs dus. Contraint et dépassé, celui-ci obtempère et se rend au cimetière afin de solder les salaires impayés des ouvriers. Enfin sous l’ordre des esprits disparus, le propriétaire de la tour creuse la tombe de chaque esprit pour son repos.

Amour entre Ada et Souleiman : quand le surnaturel s’invite

Souleiman fait aussi partie des jeunes braves ouvriers immigrants ayant laissé leur vie en mer. Ada et lui s’aiment réciproquement et follement. Mais Ada une jeune femme vierge à la beauté angélique est promise en mariage par ses parents à Omar, le fils d’un riche homme.

Omar profite de la triste absence de Souleiman et officialise sa relation avec Ada malgré la désapprobation de celle-ci. Mais pendant la nuit de noce où le mariage devrait être consommé, Souleiman apparait mystérieusement et incendie le lit de noce.

Photo DR

Des questionnements submergent les uns et les autres et cette énigme est confiée à la police pour être élucidée. Issa, l’inspecteur de police conduit l’enquête et après plusieurs investigations difficiles, il comprend que Souleiman est l’auteur de l’incendie. Mais avant de se reposer en paix, l’esprit de Souleiman se métamorphose en la personne de l’inspecteur et finit par récupérer son amour. Ada et lui se sont retrouvés pour une vie amoureuse. Ada se sent très fière et contente de retrouver Souleiman car avant de partir en Espagne, Souleiman ne l’avait pas informée. Issa rend compte des résultats de l’enquête à sa hiérarchie.

Le projet WA Cinéma fidèle à sa ligne

Pour Salinas Hinkati, coordonnateur du projet WA Cinéma, « le surnaturel, le fantastique et le vrai amour qui caractérisent ce film sont de véritables attributs de l’Afrique ». Il précise ensuite que ce film a été choisi après « L’œil du cyclone » du burkinabé Sékou Traoré pour la deuxième projection à cause de plusieurs raisons. « Pour la première projection, nous étions au Burkina-Faso et le réalisateur est un homme. Mais pour cette fois-ci, nous avons choisi le Sénégal avec un film réalisé par une femme. Cela justifie l’équilibre du genre », a-t-il expliqué. « Atlantique » entièrement réalisé en Wolof, ajoute Salinas Hinkati, est aussi une manière de promouvoir les langues nationales.

Il faut souligner que « Atlantique » de Mati Diop est récompensé par le Grand Prix du Jury au festival de Cannes en 2019.

Journaliste culturel, membre de la rédaction Bénin de AWALE AFRIKI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *